Depuis les arrivées massives de 2015, la pression de l'urgence pour accueillir et héberger dans des conditions décentes les familles et les enfants non accompagnés, bien qu'elle reste un enjeu pour de nombreux pays, a fait progressivement place à la nécessité de prévoir des programmes et accompagnements de plus long terme pour permettre à ces enfants d'étudier, de s'intégrer et d'envisager leur avenir au sein des sociétés qui les ont accueillis ou dans la poursuite de leurs projets migratoires si ces derniers les encouragent à reprendre leur parcours. Dans tous les cas, l'inclusion réussie de ces enfants et de ces jeunes est un défi auquelles nos sociétés doivent faire face pour être à la hauteur des valeurs fondamentales de l'Union européenne, comme l'a souligné Anna Maria Corazza Bildt, coprésidente de l'intergroupe du Parlement européen sur les droits de l'enfan, en ouverture de l'événement. Représentant.e.s de la Commission européenne, de l'Agence européenne des droits fondamentaux, de la région Europe de l'Organisation mondiale de la santé et de l'Organisation internationale pour les migrations se sont succédés pour décrire les réalités vécues par ces enfants et ces jeunes. Des initiatives nationales et locales, issues de nombreux pays de l'Union, ont également été présentées, pour illustrer  les difficultés des services à s'adapter mais aussi l'inventivité qui peut s'exprimer à ce sujet. Les participants ont été invités à faire part de leurs constats mais aussi à faire part de leurs attentes envers l'Union européenne, afin que cette dernière puisse aider au mieux les Etats membres à accompagner ces enfants.

Pour plus d'informations